Ode to Iceland – Part I

Mar 2, 2021

Because we believe in the virtuous circle of inspiration, we begin today a series of articles about the special relationship that exists between photographers with Iceland, for a collaborative Ode to Iceland.

To start with, we invited eight French photographers we have long been following and we admire for their take, sensitivity, personal history too, for a fun yet tricky exercise. Dive into their Icelandic memories, select one picture of their stay, and tell us in a few words what connect them to the volcanic island. All have in common to have one day set foot on Iceland, some to never leave, others to constantly return

We were delighted by the outcome. None have depicted the same place twice, which makes for a rich blend of photographic styles with different perceptions of Iceland. May they be an inspiration and a soothing escape for you as much as they are for us.

*Because it would have been a pity to lose some of their words in translation, we chose to conserve their original writings in French.

Michael Levy

Like many, we got to know Michael through his essential map of Iceland, the very first edition, the one that catched our eye in a gas station and we have since been keeping as a sacred relic. Then in 2017, when Michael came back, we got the pleasure to welcome him home, an unpretentious stay on our sofa, telling us about his expeditions, his passion for maps, his encounters, his dreams with his son. Today, he shares with us the story behind this shot.

Qu’il est difficile de ne choisir qu’une seule photographie pour représenter tant de moments précieux en Islande ! Hier c’était cette image, demain mon choix sera différent. 

Cette image raconte une aventure rendue possible grâce à Guðmundur, le chauffeur qui accompagnait tous mes voyages islandais alors que j’étais guide pour l’agence Grand Nord Grand Large. J’avais toujours à cœur de proposer quelque-chose de nouveau à mes « guests » et je rêvais d’explorer un territoire qui m’a toujours fasciné : La vallée de Þórsmörk. Une expédition hivernale était-elle possible ?

65 ans, le cuir épais, taiseux comme peuvent l’être les vieux islandais – mais que j’avais réussi à « apprivoiser » au fil des années, Gummi aimait les défis et m’avait assuré que son vieux Ford pouvait nous y emmener. Peut-être y avait-il ici un peu de fierté? C’était, en réalité, ambitieux et même généreux de sa part, lui qui aurait pu se contenter de rester sur des chemins praticables, sans risque pour sa mécanique. 

Nous voici donc partis sur les rives gelées du Markarfljót, roulant difficilement dans des ornières de 80 cm, nous sommes balancés de toute part dans le camion alors que nous avançons au pas. Un trou masqué dans la rivière finit par engloutir le train avant du 4×4 et on se retrouve coincés au milieu de nulle part dans un blizzard tempétueux. Heureux hasard, un camion des Mountaineers of Iceland passera par là pour nous sortir de cette impasse. 

La route est plus loin barrée par une avalanche, nous continuons à pied. Nous atteignons enfin le but : un canyon immense, magique et intemporel qui s’offre à nous – et nous seuls – qui avons eu la folie d’aller jusque-là.

Un immense merci à notre chauffeur Gummi – en rouge sur la photo – d’avoir pris ce risque, lui qui passa une bonne partie de la nuit sous son camion à réparer les dommages causés par cette aventure inoubliable.

MICHAEL LEVY | www.international-photographer.com | Instagram

Raphaelle Monvoisin

This is the story of a girl of contrasts who found her land of contrasts. We are fascinated by the light Raphaelle perceives in the darkest landscapes, and her taste for poetry, that makes her photography resonate even more. While she had been dreaming of Iceland for a decade, it is in 2019 that she and her husband moved to Reykjavík, after a trip to Lapland accelerated their desire for Nordic horizons.

J’ai rencontré l’Islande en hiver. 

La neige serpente la route au rythme de la danse d’un vent glacial. Les tracés d’asphalte s’élancent au pied des montagnes, filant de vallée en vallée, se perdant dans l’horizon. 

L’aube se réveille de sa longue torpeur, dans des nuances de bleu profond. Ce bleu de glace si saisissant, qui révèle à ces paysages en noir et blanc toute leur grandeur, leur majesté, leur désolation, et leur solitude. 

Je m’évade vers le Nord comme on avance dans un rêve. Autour de moi, la lumière se dépose, étincelant la neige pure qui revêt les sommets, et dessinant les ombres puissantes de ces géants de pierre qui s’enlisent dans l’océan. Le silence est étourdissant.

Je me tiens sur le sable noir, noyant mon regard dans les flots argentés, et je suis envahie d’un sentiment d’émerveillement sans précédent face au spectacle qui se dresse devant moi. C’est une peinture en dégradé de bleus, la promesse d’un voyage introspectif qui fait chavirer le coeur et l’âme.

J’ai rencontré l’Islande sauvage, glaciale et d’une beauté éblouissante.

RAPHAELLE MONVOISIN | www.raphaellemonvoisin.com | Instagram

Romain Charrier

From Romain’s pictures emerge a sensitivity, a profound love for Nature, but what truly stands out is this visceral need to preserve it. Not only does he bring us closer to wildlife, but he embarks us on his lifelong journey to protect all species in their natural habitats. Iceland, where Romain regularly comes to visit his second family, is no exception and we are glad our paths crossed. 

Aussi difficile soit-il de vous raconter brièvement mon histoire, je resterai à jamais marqué par mon premier voyage en Terre de glace (2015). Depuis cette aventure au bord du cercle polaire arctique, je suis resté profondément marqué par cet endroit, qui pour moi fait office de lieu d’exception sur notre fragile planète.

En quête de sauvage et à la recherche constante de paix et de contemplation au sein de paysages de prestige, je garde des souvenirs innombrables de mes explorations en Islande, terre au sein de laquelle je voue un profond respect et un attachement certain. C’est là-bas que mes aventures et explorations photographiques ont réellement débuté : un véritable symbole qui me conduit souvent à me dire qu’une partie de moi y est profondément ancrée.

Fasciné par la beauté du monde et de la nature depuis mon plus jeune âge, j’ai toujours rêvé de pouvoir un jour photographier les baleines. Et c’est un jour durant l’été 2017 où je décidais d’aller en mer dans le Norðurland, qu’une des plus belles expériences de ma vie eut lieu : ma deuxième rencontre avec la magnifique baleine à bosse, que je parvenais à immortaliser, cette fois-ci depuis le ciel grâce à mon drone, via une perspective incroyable. Une rencontre qui témoigne, au travers de l’image, de l’amour et de la sensibilité que je porte envers la nature et le vivant.

ROMAIN CHARRIER | www.romain-charrier.com | Instagram

Noemie Guizard

Noemie shares with tenderness and poetry instants of daily life, of the Nature that surrounds her, small and big discoveries with her little explorer, the carefree and mischievous taste of childhood. In her photos, no room for pretense, but only for spontaneity, authenticity, and love in its purest forms. Noemie toured Iceland for the first time with her other half in 2019.

Seuls. On se souviendra de ces nombreuses nuits, de s’être arrêté par ici et là, d’avoir été comme seuls au monde au milieu de nulle part. On se souviendra surtout du silence, de ce vide qui fait parfois peur et qui pourtant en dit tellement. Un véritable coin de solitude, fascinant, unique, ensorcelant. 10 jours à s’enrouler accompagnés de wow, wouah et des arrête-toi là.

Il se dit que lorsque rien n’est prévu, tout est presque possible. Au pays du feu et de la glace, on s’amourache des montagnes et des cascades, on s’émerveille devant des icebergs et des lagunes glaciaires, du grand voyage des oies sauvages, des rennes que l’on croise et des chevaux à la crinière sauvage.

On s’en souviendra d’être passés par là. On se souviendra du pouvoir de ces grandes terres saisissantes presque surnaturelles qui ont su captiver toute notre attention et fait déborder toute notre imagination. Rien ne nous fait nous sentir plus vivants que lorsqu’on à la chance de vivre ces moments-là. Nous si petits face à l’immensément grand. 3300km, tout autant d’arrêts et d’émerveillements à chaque instant.

Puis il a fallu s’en aller alors que tout ce qu’on aurait tant aimé, c’était nous enivrer encore et encore. A ce voyage initiatique qui a tenu toutes ses promesses !

NOEMIE GUIZARD | www.hellomabiche.com | Instagram

Eloise & Luc

Eloïse and Luc, two visual poetsaesthetic lovers, who make every little detail shine by its own. From a burgeoning flower to a moonrise, they have an eye for capturing the passing of time and magnetic tones. Each of their images is an imaginary trip where the atmosphere of the moment is almost tangible, which awakes all senses. 

Nous avons longuement hésité pour le choix de cette photographie. Choisir une image qui représente l’Islande ou notre favorite n’est pas quelque chose de facile. L’Islande compte parmi les plus beaux paysages que nous ayons pu voir de notre vie, nous aurions donc pu choisir une simple photo de cascade, de montagne… Et puis finalement cette petite maison isolée, perdue au milieu des plaines vertes estivales de l’Islande s’est petit à petit imposée à nous. C’est aussi ça l’Islande. Une terre non oubliée de l’homme, mais respectée, où les habitations sont subtilement distillées à travers le territoire. Des terrains immenses, mais au final bien souvent des propriétés qui restent à taille humaine, qui conjuguent respect et justesse. 

On se souvient aussi très bien de ce moment. Nous étions dans le nord de l’Islande, sans réel but précis. C’est l’une des parties du pays que nous avons exploré à l’aveugle et c’est sans doute cette partie du road trip que nous avons préférée. Nous ne savions pas du tout ce que nous allions y trouver, et rien que cette excitation face à l’inconnu et à la découverte vaut le voyage ! La veille il avait neigé et les sommets étaient clairsemés de neige au petit matin, grande surprise pour nous puisque nous étions en plein été et que nous ne nous attendions clairement pas à rencontrer de la neige (même si nous étions quand même équipés au cas où). Cette photographie représente donc pour nous cette vision de l’Islande, celle d’une terre à la fois lointaine et intouchable mais qui a encore bien des surprises à réserver malgré sa popularité croissante des dernières années !

L’OEIL D’EOS | www.loeildeos.com | Instagram

Dana & Stephane

If you are driven by a passion for nature and wildlife, chances are high that you know Dana and Steph. We came across these gentle vanlifers shortly after their first 13-month journey from Alaska to California and we got lucky to weave another thread in the ties of our friendship by sharing a moment together in Iceland in March 2018. Living up to their true self, we remember they spent their nights in a van and watched the elusive northern lights dance…

Choisir une image pour parler de l’Islande, quel énorme défi ! Par quoi la symboliser ? Qu’est ce qui représente au mieux notre expérience ? Les paysages à couper le souffle, nos rencontres, les cascades, les glaciers, les chevaux, les aurores boréales ? Il est bien difficile de faire un choix, alors nous avons opté pour ce qui serait certainement une des images qui résument notre road-trip de 12 jours sur cette superbe île. Nous avions peur d’être déçu par le pays tant nous en avions entendu parler… Mais nous étions bien loin de nous rendre compte à quel point l’Islande est belle !

Chaque jour nous avons eu l’impression de nous promener sur une autre planète, vibrer hors du temps et goûter le sauvage tel que nous l’avions vécu en Alaska. Il semblerait bien que l’Islande soit le genre de pays dont on tombe amoureux. Qui envoûte et effraie à la fois. Et nous espérons de tout cœur qu’un jour notre chemin nous ramènera sur ses routes magiques qui, en 2 petites semaines, nous ont laissé un goût de trop peu…

LE MONDE DE TIKAL | www.lemondedetikal.com | Instagram

Betty & Guillaume

Betty and Guillaume feel the most alive in outdoors pursuits and can often be found where the air gets thinner and places, more remote. Wherever they go, they make a humbling experience of their environment and the pictures they bring home and share with us are natural mood boosters. They visited Iceland long before the hype to absorb all of its beauty, which left a deep print in their hearts and minds.

Lors de notre voyage en Islande, nous avons parcouru les sites les plus photogéniques de l’île, et la découverte des fjords de l’est fut une belle surprise. Sauvages, plus reculés, ils ont su nous séduire, à nous, grands amoureux de la nature. 

Nous y avons vécu une soirée inoubliable, un moment suspendu qui s’est offert à nous. Nous sommes à Dyrhólaey, endroit idéal pour l’observation des macareux moines. Peu de touristes sont présents sur les lieux, et nous pouvons voir ces oiseaux de très très près… il y en a par centaines ! Il fait un temps superbe, le soleil se rapproche tout doucement de l’horizon, nous offrant ses plus belles lumières. Malgré le froid qui nous saisit, nous nous laissons emporter par le moment, celui du soleil de minuit. Nous observons avec fascination ces drôles de petits oiseaux marins, qui reviennent de la pêche le bec chargé de poissons, baignés par les derniers rayons de soleil. 

C’était le seul jour où nous n’avions rien planifié, cet instant hors du temps n’était pas prévu. Il est minuit, la douce lumière du soleil réchauffe nos visages, entre cet océan froid et ces montagnes majestueuses.

TRIP IN WILD  | www.tripinwild.fr | Instagram

Margot & Julien

Margot and Julien are two travelers bursting with energy, with a thirst for adventures, regularly stepping out of their comfort zones. After a vantrip across Europe, and an extensive travelling background, they had a privileged experience of Iceland as they came during the pandemic in November 2020. Once the quarantine was over, they enjoyed most of the iconic sites for themselves, like back in the days. 

Quand on voyage, on cherche à vivre des expériences hors du commun, ressentir des émotions qui bouleversent, sortir de sa zone de confort… Découvrir la lagune glaciaire de Jökulsárlón a été le moment le plus exceptionnel et le plus intense de notre voyage en Islande. Alors, quand Camille et Christian nous ont demandé de choisir une seule et unique photo pour parler de notre voyage en Islande, ça a tout de suite été une évidence !

Jökulsárlón est une lagune composée de milliers de blocs de glace provenant du Vatnajökull, l’un des plus grands glaciers d’Europe. Créée en 1930 suite à la fonte d’une des langues du glacier, la lagune de Jökulsárlón offre un paysage d‘une beauté presque surnaturelle. Reliés à l’océan, des petits bouts d’icebergs quittent la lagune chaque jour pour venir s’échouer au rythme des marées sur Diamond Beach, la plage de sable noir qui se trouve au bout de la lagune. C’est un endroit unique et en perpétuel mouvement qui nous fait nous sentir si petits face au spectacle de la nature !

HELLO TRAVELERS | www.hellotravelersblog.com | Instagram

0 Comments

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *